Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 19:16

Le jour s'étiole sous les gouttes langoureuses qui humectent le jardin. Ce soir, dans la pénombre qui nimbe les lieux, il règne une atmosphère indéfinissable. Un mot ne peut suffire : paix, sérénité, tendresse, apaisement, espoir. À quelques portées de note, les airs des romantiques bercent mon cœur d'une douceur sucrée. Qu'il est insolite de vivre ces fragiles instants, ce bonheur-flash que jadis m'enseigna une jeune agrégée qui ne m'offrit pourtant que son amitié.

Encore quatre soirs et la décision tombera. L'espoir d'un avenir où la solitude aura sombré dans les abysses des souvenirs infernaux. Joue, joue, musique ! Ce soir, il me prend l'envie d'hurler au cosmos, d'aller à la quête d'autres univers. Dansez, dansez, étoiles, que je ne verrai pas ce soir.

Anatole, imaginais-tu que le bonheur pouvait revenir ? Chantez, chantez, oiseaux, avant le repos dû aux justes. Flirtez, flirtez, renards et biches. Et toi hérisson, mon épineux voisin, ouvre-toi. Ce soir, pas de politique, pas de finance, pas de pouvoir, pas de haine, pas de rancoeur. Rêve, rêve, toi le solitaire d'un autre âge. Dans quatre soirs, la décision caressera celle qui acceptera tes défauts, tes faiblesses, mais aussi ton cœur.

ADM, le 11 mai 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires