Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 04:05

Cette histoire de cuisine ne concernera sans doute que ceux qui ont eu des relations avec cette profession nommée "journalisme" et qui a des prétentions si exorbitantes que certains parlent à son sujet de "quatrième pouvoir". Mais si vous acceptez de voir un peu plus loin que le bout de votre nez, il est opportun de vous la partager.

Le 18 septembre dernier, pour son édition électronique, "Le Monde" fait appel à un "spécialiste" de  l'Institut français des relations internationales basé à Madrid. Thème : "Les causes de la tension actuelle entre une partie de l'opinion catalane et le gouvernement central de Madrid."

Pour le "spécialiste", la cause daterait de 2010, quand le Conseil constitutionnel espagnol a censuré un texte voté par le parlement catalan, puis le national. "Les Sages ont sanctionné 186 articles des 236 proposés." Fichtre ! Du jamais vu, se dit l'un de mes amis, avocat catalan. Il décide de réagir.

Hélas, pour le "spécialiste" aux connaissances bien fragiles, ce ne sont pas 186 articles qui ont été censurés mais... 14 ! Ce qui est fort différent.

Le lendemain, cet ami décide de vérifier si la rédaction du "Monde" a tenu compte de sa réaction. Eh bien oui. Mais pas comme la pratique déontologique l'aurait exigé. Du style Note de la rédaction : "Après vérification, la rédaction apporte la précision suivante...".

Non ! "Le Monde" a DIRECTEMENT modifié le texte de l'entretien. Sans une quelconque référence à l'intervention de son lecteur. Passez muscade ! Le journal a-t-il seulement contacté son "spécialiste" avant d'apporter sa modification ?

Pour avoir connu et fréquenté professionnellement Hubert Beuve-Méry, je me demande quelle eût été sa réaction. Bref "Le Monde", journal devenu torchon mais néanmoins resté thuriféraire de la déontologie et des droits journalistiques, peut donc continuer en toute impunité à manipuler l'information. Un vrai merdia. CQFD.

Anatole de Mururoa, le 22 septembre 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa
commenter cet article

commentaires

Mururoa 22/09/2017 11:47

Des parasites !

Tom 22/09/2017 11:05

Sans les aides massives à la presse payées par nos impôts, les merdias fermeraient le lendemain...

Présentation

  • : Le blog de anatole de mururoa
  • Le blog de anatole de mururoa
  • : Un souffle de liberté et d'insolence dans cet Etat qui manipule les faits et voit les laquais de la désinformation duper leur public.
  • Contact

Recherche

Liens