Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 11:56

La vie reprend au village, après.... Ce matin, l'air frisquet qui caresse les joues promet une belle et douce journée de printemps. Franchir le portail, passer sur le petit pont qui enjambe le ruisselet, rosir de plaisir à la vue du magnolia en fleurs, marcher du pas de l'homme tranquille, croiser une inconnue qui, de sa bicyclette, vous lance un cordial bonjour, franchir la grand'route non sans remercier la conductrice qui s'est spontanément arrêtée, entrer dans la minuscule boulangerie, être accueilli comme un vieux client, prendre la commande, entendre les conversations de bon aloi, sii éloignées des élucubrations du microcosme, repartir d'un pas toujours nonchalant, saluer une nouvelle conductrice, longer la mairie et ses onze panneaux qui seront bientôt souillés, délaisser la Poste qui n'ouvre que trois jours par semaine...

Un oiseau vient de se poser sur une modeste palissade. Il semble me narguer ; mais non, il pépille gaiement. Un minet roux maigrelet croise mon chemin. Il ignore mon appel, préférant sans doute aller exprimer ailleurs ses envies printanières. Des chapelets polyphoniques zèbrent  l'azur d'un bleu immaculé. L'église se met à carillonner. Ah oui ! les Rameaux. Le rossignol du voisin s'est éveillé. Le petit pont. Le portail.  L'entrée. Le petit déjeuner m'attend sur la terrasse ensoleillée...

Que peut-il donc manquer à ce décor ? Ah oui...

ADM, le 9 avril 2017

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 06:12

Plantons le décor. Nos deux promeneurs longent un gigantesque pré qui accueille une bonne cinquantaine de vaches toutes avachies, à l'exception d'une seule. Les deux hommes s'approchent et - hum - commencent  à beugler. La belle vient à leur rencontre, les regarde, puis d'un pas nonchalant s'éloigne. Rien d'exceptionnel, direz-vous. Quoique...

Mues par un mystérieux instinct, nos ruminantes se lèvent les unes après les autres, descendent la longue pente qui mène à la ferme et, une à une, gagnent l'étable dans un concerto en meuh majeur. Pas de vacher, pas de chien.

À Marast (70), les vaches n'ont donc nul besoin de guide pour aller à la traite. Un vrai miracle dont pourrait s'inspirer le malheureux troupeau électoral qui, lui aussi, va bientôt se voir pomper.

ADM, le 6 avril 2017

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 08:33

Jadis, antan, naguère - que notre langue est riche ! - un tortillard crachotait sa vapeur sur le plateau de "la Haute Patate", comme aiment à surnommer leur pays les locaux. Aujourd'hui, l'ancienne voie a laissé la place à un délicieux sentier bitumé ou non qui permet aux amoureux de la petite reine de pédaler en toute quiétude entre prés et bosquets.

La bicyclette ? Oh là là ! Plus de vingt ans d'abstinence. Mais c'est qu'elle en a fait des progrès ! Plus rien à voir avec ces lourdes machines qui, dans la plus petite des côtes, cassaient les reins et tétanisaient le haut des cuisses.

Quel plaisir de pouvoir humer en toute sérénité les fragrances printanières, d'entendre les oiseaux vous saluer de leurs pépillements  enjoués ou encore d'admirer les mille et une nuances de verts que nous offrent les arbres désireux - à l'exception cependant des plus anciens sans doute plus prudents - de vous annoncer le retour des beaux jours.

Tout aurait été dans le meilleur des mondes, si une selle peu amicale n'avait freiné les ardeurs du pédaleur. Mais un dicton ne laisse-t-il pas entendre qu'il faut parfois un peu souffrir pour connaître le bonheur ?

ADM, le 5 avril 2017

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 08:31

L'or nimbé de volutes folâtres. Il chemine vers cet or qui illumine l'horizon. Ses pas foulent une terre humectée de rosée. Le clapotis du ruisseau berce son âme d'une langueur apaisante. À sa gauche, quelques bovins viennent le saluer avec cette politesse qu'ils savent offrir à ceux qui leur font l'honneur de les visiter. Des feuilles de mille verts commencent à parer les arbres qui ont trop longtemps somnolé. Au croisement de deux sentes, son esprit vagabonde...

Pendant ce temps à Montparnasse, les technocrates ont installé des portiques anti-fraude devant lesquels viennent s'agglutiner les passagers en mal de labeur ou d'évasion. Ce matin, une gigantesque panne électronique paralyse le trafic. La pagaille, le vacarme, les invectives... Les valises tournent et retournent telles les autos du film de Tati. Quelle époque ! Et lui entend monter au plus profond de son cœur les senteurs printanières.

ADM, le 4 avril 2017

 

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 21:51

Il est des contrées de vallons mamelonnés, où ruisseaux, vertes prairies et bosquets de conifères, offrent des paysages d'une infinie douceur. On comprend pourquoi un certain général aimait regarder cette ruralité éternelle tout en rédigeant ses mémoires.

La nuit est tombée sur le village de sept cents âmes. L'église au clocher bulbeux a carillonné encore une fois cet angelus sur lequel nos anciens calquaient leur journée de labeur. Rossignols, geais et ramiers, dorment du sommeil du juste. Le coq, qui après l'ondée avait cru bon de me signaler sa présence, a préféré lui aussi respecter les rêves de ses favorites. Au loin, gardien des ténèbres, un hibou bouboule. Pour qui ? Lui seul le sait...

Les honnêtes gens ont clos leurs volets. Ça et là, quelques lueurs vacillantes laissent  cependant à penser que des esprits veillent encore à cette heure avancée. Ici, tout n'est plus que calme et quiétude. Le visiteur peut abandonner au pied de son lit ces stress, vacarme, pollution et agitation, qui caractérisent la grande ville. Dors, petit village, rescapé d'un autre temps. 

ADM, le 3 avril 2017

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 17:31

Avis aux abrutis - il n'existe pas d'autres termes - qui, à l'instar des deux torchons "L'Equipe" et "Le Parisien", osent contester l'usage de la vidéo dans le football. Qu'ils regardent les matchs de ce week-end !

Le nombre de buts inscrits hors-jeu, les cartons rouges honteusement attribués, les cartons rouges honteusement non distribués... prouvent l'état de décomposition avancée dans lequel est tombé le corps arbitral. Vive la vidéo ! Et aucun regret de savoir que la bande de Didier Deschamps a été vaincue au nom de la vérité.

ADM, le 2 avril 2017

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 08:46

Aujourd'hui 2 avril, journée de l'autisme. Mais pas seulement. Celle aussi des métiers d'arts. Devrait-on, dans un rapprochement ignoble, laisser croire que les autistes sont des œuvres d'art ?

Stop ! Que nul n'aille envisager que j'ai perdu toute dignité humaine. Cette provocation tient à dénoncer la multiplicité et surtout la coexistence de ces journées de tout et de rien.

Si certaines causes sont, oh combien, nobles, d'autres ne relèvent souvent que du buzz et du business. À force de tout mêler, nous en arrivons à perdre nos valeurs. Journées de lumières et journées des ombres ? Trions !

ADM, le 2 avril 2017

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa
commenter cet article
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 07:35

... C'est le Paris-Saint-Germain qui gagne pour la quatrième fois consécutive ! Les joueurs de la Principauté battus 4-1 ont encore besoin de grandir.

ADM, le 2 avril 2017

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 04:11

Proserpine quête une rime badine

Robespierre fait sa tête de pierre 

Etienne de Saint a perdu la sienne

Mac rond n'est pas l'Apple des bons

Isidore s'endort dans le Bosphore

Eloïse déguste une coquine friandise

Robert le Vert est l'idole des Berbères 

Anatole est de Mururoa l'explosif goal

Vercingétorix fut sevré de rayons X

Ratatouille déteste qu'on le mouille

Isis ma cousine a perdu son bel iris

Loulou le hibou bouboule sur un chou

ADM, le 1er avril 2017

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 19:44

Hier soir, François Lenglet proposait sur France 2 une émission économique axée en grande partie sur le scénario de fermeture des frontières. Pour l'occasion, il avait fait appel à un sondage afin de mieux cerner les attentes de nos compatriotes.

- Première question : êtes-vous favorables au libre-échange ? Réponse, oui à 65%.

- Deuxième question : êtes vous favorables à la délocalisation des entreprises françaises à l'étranger ? Réponse, contre à 65%.

- Troisième question : êtes-vous favorables à l'instauration de sévères taxes douanières sur les produits venant de l'étranger ? Réponse, oui à 65%.

Bien évidemment, aucun journaliste présent ni expert invité, ne s'est montré étonné des contradictions que ces réponses contenaient.

Moralité ? En économie, les Français, à l'exemple de ceux qui les "informent", sont for-mi-da-bles !

ADM, le 31 mars 2017

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de anatole de mururoa
  • Le blog de anatole de mururoa
  • : Un souffle de liberté et d'insolence dans cet Etat qui manipule les faits et voit les laquais de la désinformation duper leur public.
  • Contact

Recherche

Liens