Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 19:15

Vous assistez à l'arrivée du Tour marquée par de lourdes chutes dans le dernier kilomètre. Malheureusement, il vous faut sortir et prendre votre voiture. Alors, vous vous branchez sur France-Info "la radio du tour de France".

Là, vous entendez un jeune journaliste non vous parler des coureurs,mais du fait que le prince de Monaco est présent à l'arrivée et qu'il va passer une semaine de vacances dans la région.

On se demande où sont formés ces petits m... Apparemment, pour eux, l'information doit se rendre dans la direction du lèche-babouches.

ADM, le 2 juillet 2016

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 10:15

Un voile d'or embrasait l'azur. Tout là-haut, une nuée d'oiseaux qu'il ne pouvait identifier tourbillonnait à la quête de proies invisibles. Un souffle doux comme le miel un soir d'Andalousie soulevait la tunique de lin blanc qu'il portait désormais. Ils ou elle avaient donc pris soin de lui durant son sommeil. Preuve supplémentaire, une litière de lys blancs avait remplacé celle des roses.

Le crépuscule tombait. Les premières étoiles s'éveillaient en ce doux moment où tout n'est que sérénité et harmonie.

Renarde, lapins et chat, formaient une ronde amicale autour de lui. A ce petit monde, s'étaient adjoints, allez savoir pourquoi, une libellule, un marcassin et un hérisson qui se prétendait philosophe.

- "J'ai faim", furent ses premières paroles.

- "Tu es bien impatient", lui rétorqua la renarde. "As-tu au moins pensé à la constante cosmologique ?"

La question le glaça d'effroi. "La..."

- "N'aie crainte. Sans la perfection de la constante cosmologique toi, moi, eux, la nature, la Terre et les astres, ne seraient pas là. Imagine cette constante. Un zéro, suivi de la virgule, puis de 119 zéros derrière et enfin le chiffre 1. Un 2 à la place du 1, et l'univers n'eût pu naître."

il n'y avait jamais pensé. D'ailleurs il l'ignorait. Et il fallait qu'il apprît une telle nouvelle de la bouche d'une renarde.

- "Mais qui es-tu, toi ?"

- "Ne te préoccupe pas de mon apparence. Je suis l'alpha et l'oméga. Celle qui te redonne vie et t'emmène là où ta misérable condition d'humain ne t'aurait jamais conduit."

- " J'ai faim".

Un glapissement et un des jeunes lapins lui apporta une corbeille de fruits qu'il n'avait jamais vus de son existence. Il se jeta sur ce présent. Si goulûment qu'il ne remarqua pas du côté de la nébuleuse d'Orion un éclat lumineux qui semblait fondre sur lui.

ADM, le 2 juillet 2016

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 03:31
Repost 0
Published by Hervé Kerivel
commenter cet article
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 21:51
Repost 0
Published by Hervé Kerivel
commenter cet article
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 10:54

Rage, métamorphose, soumission...

 

Oh rage, oh désespoir, oh vieillesse ennemie,

Rendez-moi l'usage de mes membres transis

Gentille renarde qui berce mon corps endormi

Active en moi cet imaginaire par la vie meurtri

Sur mon âme, ce doux aveu pour être épanoui

Métamorphose du moi en lévitation accomplie

Etale où tu veux la potion des désirs enrichie

Soumission ? A mes plaisirs pluriels inassouvis.

ADM, le 1er juillet 2016

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 16:18

Le déficit budgétaire : je n'ai jamais compris que l'on pût s'y intéresser et surtout le craindre. Le combler, si j'étais décideur, ne me poserait aucun problème. Il suffirait de taxer président de la République, ministres, parlementaires et chefs de partis, selon la règle de la progression géométrique.

Un mensonge 1 euro, deux mensonges 10 euros, trois mensonges 100 euros, quatre mensonges 1000 euros, cinq mensonges 10000 euros...

Pour ne prendre que deux exemples choisis au hasard : Hollande avec sa nouvelle taxe sur les ménages et Sarkozy avec ses déclarations sur l'Europe viennent avec leurs énièmes mensonges d combler à eux seuls plus de deux fois notre déficit national. Nous sommes excédentaires !

Taxer les crapules qui nous saignent : un jeu d'enfant. Et contrairement aux promesses électorales, cela peut rapporter gros. Très gros.

ADM, le 30 juin 2016

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 12:53

Il ouvrit les yeux et tomba sur son regard d'où émergeait une sauvage clarté.

- Tu es là, toi ?

- A quoi t'attendais-tu ? Tu ne voulais tout de même pas que je te laisse aux mains de l'Ankou ?

- Qu'as-tu fait, belle renarde ?

- Je t'ai léché et enduit de cette potion qui va te rendre immortel.

- Ces renardeaux autour de toi, ce sont les tiens ?

- Bien sûr. Je te présente Romus et Romulus.

- Mais tu n'es pas louve !

- Cesse de me jeter à la figure ces fadaises qu'ils t'ont inculquées dans ta première vie. Ici, tout n'est que luxe, volupté, harmonie et vérité.

Il reposait nu sur une litière de roses qui composaient une tapisserie à rendre jaloux le plus sensuel des arcs-en-ciel. Quelques pétales couvraient son intimité. "Ah, pensa-t-il, ici ils savent respecter la pudeur."

Il tourna son regard et aperçut à quelques mètres une famille de lapereaux qui entamaient une farandoleautour d'un jeune félin. "Mais ce sont les petits lapins de mon jardin qui jouent avec K, ce matou insolent qui tenait tête à sa maîtresse !"

- On ne peut rien te cacher.

Il n'avait rien dit et pourtant elle lui répondait.

D'un bleu intense, le ciel lui rappelait certains paysages de son enfance. Quelques vers de Goethe lui revinrent :

Kennst du das Land wo die Zitronen blühn

Im dunkeln Laub die Gold-Orangen glühn

Ein sanfter Wind vom blauen Himmel weht...

(Connais-tu le pays où les citronniers fleurissent. Au milieu d'un sombre feuillage les oranges d'or rougeoient. Un vent paisible caresse le ciel bleu.)

Une douce chaleur caressait son corps. Au zénith, le soleil l'enveloppait sans que sa peau en souffrît. De multiples gazouillis bruissaient des arbres en fleurs. Il eut le sentiment que les oiseaux lui souhaitaient la bienvenue en cette terre inconnue. Une pomme tomba à côté de lui. Il s'en saisit, la porta à ses lèvres. Mais où se trouvait-il donc ? Il n'eut pas le temps de répondre. Le sommeil l'avait emporté.

ADM, le 29 juin 2016

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 09:56

Trois à quatre appels par jour avant. Depuis, six à dix. Depuis quoi ? Mais mon inscription à Bloctel ! Vous savez cet organisme qui prétend limiter le nombre de coups de fil intempestifs chargés de vous vendre tout et n'importe quoi. Renseignements pris auprès de divers amis souscripteurs, ceux-ci constatent la même augmentation des importuns.

Alors Bloctel, ce n'est pas un service, mais un nouveau sévice organisé par les gredins gouvernementaux liés à la finance et qui entendent relancer leur économie en ruines sur le dos des citoyens.

ADM, le 29 juin 2016

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 10:04

Pérégrine, charités, béotien...

Allongé sur le dos, il fixa la voûte qui, ce soir-là, n'était pas étoilée. Un ciel lugubre. Celtique. Aucun astre n'arrivait à percer le lourd manteau de nuages tempétueux qui maltraitaient la lande. Pas de pleine lune, pas de compagnie sélène du tout. Sa sœur qu'il avait crue fidèle ne l'accompagnerait donc pas dans ce qu'il savait être son ultime nuit. Il ne l'avait appris que quelques instants plus tôt de la bouche-même de l'Ankou. "Ton heure est venue. Médite sur ce que fut ton existence. Quand l'aube lancera ses premières lueurs, ton âme ira rejoindre celle de tes pères."

Son existence ? Il avait toujours voulu se considérer comme un être libre. Mais sa condition pérégrine lui avait interdit d'entrer dans la communauté restreinte des citoyens de "l'Etat Bonheur". Sa vie n'avait été qu'une longue errance, à la quête d'un impossible idéal. Il n'avait pu que se contenter des maigres charités de femmes égarées. Certes elles lui avaient offert leur corps. Jamais leur âme.

Désir, plaisir, frissons, pulsions, communion, harmonie, extase, jouissance... L'existence de ces mots lui était familière. Mais que signifiaient-ils pour lui ? Il en avait conscience : il n'avait été, n'était, et ne serait,qu'un Béotien de l'amour éternel. Celui de la fusion des atomes. Il n'appartiendrait donc jamais à cette nouvelle espèce qui ne connaît ni naissance ni mort.

Une chouette hulotte survola la lande dans un silence létal. Surgie de nulle part, une renarde s'approcha de lui, le huma et - oh surprise - le lécha. Le baiser de la mort ? Il ne put répondre. Un point lumineux perça à l'est de ce qui avait été son Éden.

ADM, le 27 juin 2016

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 15:47

Depuis quelque temps, une sorcière et un sourcier, un sorcier et une sourcière, une sorcière et une sourcière, un sorcier et un sourcier - allez savoir avec l'inversion de la courbe des genres - me proposent de jouer avec trois mots imposés. Aujourd'hui, "pérégrine", "charité" et "béotien".

Naturellement, j'ai rédigé un texte contenant ces trois mots apparemment sans lien. La publication viendra demain...

Malgré tout - prenons les devants - je crains de n'être trop classique. "Libère ta plume, Anatole, soulage ta conscience, délire", me susurre-t-on à l'oreille. Alors lâchons-nous !

- Te sens-tu capable d'assumer ta condition pérégrine à Sion ? Allons l'ami, ne me laisse point rêver. Ces gens qui désirent dominer le monde ne toléreront pas le moindre écart à mon errance !

- Arrête ton char, ite missa est. Comment cela ? Je n'ai encore jamais vu un char pénétrer dans une église !

- Arrête précisément ton char, Anglais maudit ! Sinon, depuis Bruxelles, j'adresse le B aux tiens et, crois-moi, ta déchéance de la citoyenneté européenne sera plus vite publiée que tu ne le souhaites !

ADM, le 27 juin 2016

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de anatole de mururoa
  • Le blog de anatole de mururoa
  • : Un souffle de liberté et d'insolence dans cet Etat qui manipule les faits et voit les laquais de la désinformation duper leur public.
  • Contact

Recherche

Liens