Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 13:16

Quête - louve - parfums

Oh Louve ! Ma longue et douloureuse quête du plaisir m'a fait te chercher des lunes et des lunes.

J'ai dû traverser océans tumultueux et pics glacés ; tituber dans l'aridité des plaines sans fin ; franchir défilés sans lumière ; affronter fauves cruels et pire fourbes rampants ; subir orages et canicules ; pleurer les soirs de solitude ; douter de ta réalité ; invoquer ma soeur de la nuit...

J'ai dû dominer le cycle des saisons : me nourrir de racines amères au printemps, panser mon visage ravagé par la fournaise estivale, maudire le frimas des jours automnaux sans espoir, oindre mes membres gercés par la bise des hivers infernaux...

Oh Louve ! Te voici devant moi. Majestueuse et souveraine. Souffre que je rampe sous ton ventre. Mes lèvres approchent tes atours insolents. Mes papilles aspirent à la sève des princes. Ma gorge te déguste à petites lampées. Mes narines hument ton calice et s'enivrent des parfums de ta source féminine...

J'étais Ulysse, je suis devenu Romulus.

ADM, le 23 mai 2016

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 14:39

Humour - jouir - savoir

Son vaisseau voguait vers l'infini. Il venait de dépasser les anneaux de Saturne. Seul. Il était seul dans l'immensité de l'univers. Il se retourna une dernière fois. Ce qui restait de la Terre n'était plus qu'un gigantesque nuage de matières et d'atomes. La folie humaine avait accompli son œuvre...

Pour lui, l'essentiel avait été de sauver sa misérable peau. Pourquoi ? Il l'ignorait. En revanche, il savait qu'il était seul. Sans compagne. Jadis pourtant, dans une autre vie, son humour lui avait permis de conquérir les citadelles féminines. Combien en avait-il enlevées ? A quoi bon les compter maintenant ? Cette ultime odyssée, il l'accomplirait seul...

Son regard d'acier se mit à fixer Antares. Un sourira étira la commissure de ses lèvres. Un gourou lui avait enseigné que, sur ce monstre stellaire, il aurait peut-être la chance de trouver celle qui le ferait à nouveau jouir. Comme au bon vieux temps de sa jeunesse. Mais peut-on accorder le moindre crédit à un gourou ? Aucun d'eux n'avait prévu l'explosion finale. Tous avaient retrouvé leur statut originel, celui de poussière d'étoiles...

Jouir. Allez savoir pourquoi il se posait encore cette question. Instinct hédoniste ? Réflexe de survie ? Prédisposition narcissique ? Son vaisseau filait dans les espaces encrés interstellaires. Il frissonna, puis s'endormit. Dans l'attente de... Quoi ? Il ne le sut jamais. Il n'atteignit pas Antares.

ADM, le 22 mai 2016

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 11:33
Repost 0
Published by Hervé Kerivel
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 10:26

Hollande et Valls, messieurs les saigneurs de la République, souffrez que je vous conte l'aventure d'une sans-dents, dont vous n'avez bien entendu rien à cirer. Dans le cadre du site placé sous l'égide du conseil général du 9-3 (je vous en ai déjà parlé), une négrière vient de lui proposer le mirifique salaire horaire de 3€ pour garder des enfants !

Pas mal, n'est-ce pas ? Certes un "peu" moins que ceux de vos copains-coquins que vous collez, telles des sangsues, aux divers postes de votre république bananière. Inutile de me baratiner sur le triptyque "liberté-égalité-fraternité" : ce ne sont que des mots de vomissure destinés aux naïfs qui les gobent encore. La "France va mieux" : pitoyables imposteurs !

ADM, le 22 mai 2016

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 06:14
Repost 0
Published by Hervé Kerivel
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 13:57
Repost 0
Published by Hervé Kerivel
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 13:52
Repost 0
Published by Hervé Kerivel
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 10:49
Repost 0
Published by Hervé Kerivel
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 08:47

J'étais Waldeinsamkeit, lorsque soudain il y eut Komorebi. Ma réaction fut immédiate Pana Po'o ! Anatole, tu es trop Pochemuchka. Laisse courir tes souvenirs. Pense à ce Sobremesa, alors que chacun d'entre nous pouvait constater le Cualacmo sur notre nappe. Sevrés de digestif, certains se livraient au Jayus, Ce qui m'incita à quitter le groupe pour Goya...

Le temps de ce dépaysement livresque, la nuit était tombée. Errant au-delà des plaines et des bois, j'arrivai à la mer. Un sentiment d'Iktsuarpok me gagna. La verrai-je ?. Oui ! Mangata était là. Rasséréné, je m'endormis alors vers le cosmos.

ADM, le 21 mai 2016

Traduction pour ceux qui ont eu le courage de lire cet exercice soumis à l'utilisation de onze mots sans équivalent.. Je me promenais seul dans la forêt, lorsqu'un rayon de soleil perça entre les branches. Il créa chez moi le désir de me gratter la tête. Anatole tu te poses trop de questions. Laisse courir tes souvenirs. Pense à cet après repas entre amis où chacun parlait de tout et de rien, alors que nos verres d'eau avaient laissé des traces sur la nappe. Sevrés de digestif, certains d'entre nous lançaient de mauvaises blagues auxquelles par politesse il fallait répondre d'un sourire. Cela m'avait incité à quitter le groupe pour jouir de la lecture d'un livre fort surprenant....

Le temps de ce dépaysement livresque, la nuit était tombée. Errant au-delà des plaines et des bois, j'arrivai à la mer. Un sentiment d'excitation me gagna. Serait-elle là ? Oui, soeur Lune se reflétait sur l'eau, créant l'illusion d'une route infinie sous la bienveillance des astres assoupis. Rasséréné, je m'endormis alors vers le cosmos.

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 08:48

- "Tu as vu Najat, ces braves gens ont mis leurs costumes et enfilé leur plus belles robes."

- "C'est qu'ils nous aiment, Marisol. Ils savent que nous nous intéressons à eux."

- "Euh les filles, je ne veux pas interrompre votre passionnant dialogue, mais c'est parce que la France va mieux. Oui elle va mieux ! Regardez ces habits neufs. Quel changement !"

Pour cela oui c'est le changement. Comme le soulignent ces paroles à peine imaginées saisies à la volée. A l'époque du père Alphonse (Daudet), c'était "monsieur le sous-préfet aux champs". Aujourd'hui, le tourisme a évolué : c'est l'ensemble ou presque du gouvernement aux champs, réuni pour "un comité ministériel décentralisé" (le français est une belle langue) en Ardèche.

Heureuse initiative, heureux bipèdes, heureuse époque, sauf pour le taux de carbone, mais il importe peu à nos élites. Alors, vite, vite, vite, SS ardéchois - pas de mauvais esprit : je parle des Sans-dents et des Serfs - accourez saluer vos maîtres. A pied, comme il se doit.

ADM, le 20 mai 2016

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de anatole de mururoa
  • Le blog de anatole de mururoa
  • : Un souffle de liberté et d'insolence dans cet Etat qui manipule les faits et voit les laquais de la désinformation duper leur public.
  • Contact

Recherche

Liens