Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 19:04

Au lendemain d'une semaine tragique, hélas sans grande surprise pour les esprits lucides, tentons de prendre un peu de recul. Un jour peut-être nous nous souviendrons :

- qu'une masse bêlante n'aura cessé d'afficher, ici et partout, "je suis Charlie", alors que bon nombre d'entre eux n'avaient que mépris et haine ou, au mieux, ignoraient l'existence même d'un journal qui avec ses 30.000 lecteurs était sur le point de crever la bouche ouverte ;

- qu'une foule immense s'est bousculée aux portillons des "bals tragiques" de Charlie-Hebdo et de la supérette casher. Bienvenue à vous hypocrites, politocards de tous poils et people de tous crins. Parmi vous, certains ont même eu le culot d'afficher ou de ramenr leur trogne de parvenus : Bedos, Halliday, Poivre d'Arvor, Depardieu... Messieurs, jusqu'à présent vous n'en aviez rien à f... du journal. L'un d'entre vous, sénile octogénaire abruti et complexé, exigeait même votre disparition judiciaire, voilà peu. Vous n'êtes pas des "Charlies", mais des "charlots" ;

- que l'union nationale claironnée de ci de là est un leurre, puisque certains, à l'instar du sieur Da Costa, porte-parole du Parti des Sectaires, ont prétendu distinguer le bon grain de l'ivraie, alors que, dimanche, si nous ne serons peut-être pas "tous des Charlies", nous serons pour le moins "avec Charlie" ou mieux encore avec les libertés d'expression et d'opinion, valeurs républicaines censées réunir notre nation ;

- que la minute de silence de jeudi était, elle aussi, un leurre pour certains beaucoup plus nombreux qu'on ne le pense. Demandez aux instituteurs ou aux professeurs, lisez les réseaux sociaux, entendez l'éclat des pétards quand ce n'est pas celui d'un feu d'artifice ;

- que nous avons dû subir la distinction entre morts célèbres et défunts anonymes. Discriminer les êtres devant la mort, il faut oser. Pourtant certains "merdias" n'ont pas hésité à jouer de cette pratique ;

- que, dans ce pays, certains ont tous les droits, y compris de sortir des idioties et des infamies, alors que d'autres, même si leurs idées ne sont pas les nôtres, n'en ont qu'un : celui de passer sous les fourches caudines de la pensée unique ou de se faire hara-kiri ;

- que, dans ce pays, chaque jour, des églises, des mosquées et des synagogues, sont attaquées ou pillées ;

- que, dans ce pays, la laïcité est si mal comprise qu'un directeur d'école dans l'Ouest parisien interdit l'installation d'un sapin - je ne parle pas d'une crèche- sous prétexte que ce symbole ne peut porter qu'atteinte aux valeurs de la République ;

- que, dans ce pays, il n'est pas recommandé d'afficher sa foi, quelle que soit sa religion, sous peine de périr sous le feu des intégrismes ;

- que, dans ce pays, seul l'athéisme est digne de franchir le seuil de l'intelligence et de la bienséance ;

- qu'enfin Jeannette Bougrab, compagne de Stéphane Charbonnier, avec des mots justes et émouvants, a su placer notre société devant ses responsabilités. Et nous, devant les nôtres.

Un jour, peut-être, nous serons en mesure d'assumer nos souvenirs. Ce jour-là, nous serons devenus des êtres humains.

ADM, le 10 janvier 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Anatole de Mururoa - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de anatole de mururoa
  • Le blog de anatole de mururoa
  • : Un souffle de liberté et d'insolence dans cet Etat qui manipule les faits et voit les laquais de la désinformation duper leur public.
  • Contact

Recherche

Liens